fil-educavox-color1

Crédit photo : Académie de Toulouse
Article publié sur Ludovia .com
Le collège Jean Jaurès d’Albi a été choisi pour accueillir une expérimentation tablettes, mise en place par le rectorat de l’académie de Toulouse.
40 tablettes sont arrivées dans l’établissement depuis la rentrée de janvier, pour équiper une classe entière de 6ème et 10 enseignants.
C’est en compagnie de Jacqueline Dolcerocca, professeure de français que nous découvrons l’utilisation toute récente de ces outils fraîchement débarqués.
 
Apprivoiser le matériel : un challenge remporté facilement par les élèves
Après trois semaines d’utilisation, tout le monde semble déjà être très à l’aise avec la manipulation du matériel, aussi bien du côté des élèves que du côté de l’enseignante.
Cette tablette offre la possibilité d’écrire en tactile avec ou sans stylet, mais aussi de manière plus « standard  » avec un clavier et une souris. Les enfants ont le choix mais nous notons tout de suite que le tactile ne sort pas favori.
C’est majoritairement en mode « classique », clavier accroché à l’écran, la souris à ses côtés, que les enfants répondent aux exercices de grammaire donnés par Jacqueline. Il faut dire que ces enfants sont encore jeunes, comme le fait remarquer David Arderiu, référent numérique de l’établissement.
« Ce sont des élèves de 11 ans donc il faut se rappeler que la technique pour eux correspond à 11 ans de vie, même seulement 2-3 ans pour certains ».
La tablette, c’est donc tout nouveau pour ces élèves de 6ème qui sont encore des « apprentis du numérique » ; peut-être ont-ils déjà pris des habitudes d’utilisation avec un ordinateur, le clavier leur semble alors plus évident ?
A ce sujet, notre enseignante en français nous répond que c’est aussi pour des raisons pratiques que les élèves utilisent plus facilement le clavier lorsqu’ils doivent rédiger quelque chose.
« En début de cours, je leur laisse le choix ; dès les premiers jours, c’est vrai qu’ils étaient attirés par le tactile avec le stylet ; mais comme en français, on est amené à beaucoup écrire, l’écriture stylet est complexe pour eux et quand ils font apparaître le clavier tactile, il ne demeure plus qu’une partie très étroite de l’écran (…) et ça leur pose problème. C’est pourquoi, ils ont vite adopté le clavier et ont même sorti la souris » !
D’après Jacqueline, c’est donc pour un confort personnel de visibilité de l’écran que les élèves ont choisi seuls, le mode d’écriture « classique  » au détriment du « moderne » tactile.
Elle fait également remarquer que la classe choisie pour l’expérimentation regroupe un certain nombre d’élèves plus fragiles que d’autres, dyslexiques ou dyspraxiques, qui favorisent le mode clavier lorsqu’il s’agit d’exercices d’écriture ; le mode tactile n’est pas délaissé pour autant et est utilisé pour des recherches, par exemple.
Les élèves se sont très bien accoutumés à jongler d’un mode à l’autre.
Usages au quotidien : une vraie collaboration pour l’équipe d’enseignants
 
Julien Aurelie

Auteur à Ludovia Magazine (ou Ludomag), media online concernant le numérique éducatif, l’usage des technologies digitales dans la formation et l’éducation aussi bien dans les établissements d’enseignement du premier degré, du second degré que du supérieur ou l’enseignement universitaire et spécialisé.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.