fil-educavox-color1

Présentation de la thèse soutenue le 19 novembre 2020 par Luis Galindo, sous la direction de Jean-François Cerisier et la codirection de Bruno Devauchelle pour l’obtention du Grade de Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication : « L’influence des interactions collaboratives et coopératives sur l’inventivité lors de la conception d’un artefact numérique d’apprentissage. Le cas du projet REMASCO pour Réinventer le manuel scolaire en mobilisant les techniques numériques. »

Composition du jury

Jean-François CERISIER, Professeur des universités, Université de Poitiers – DIRECTEUR
Bruno DEVAUCHELLE, Chercheur associé, Université de Poitiers – CO-ENCADRANT
Éric BRUILLARD, Professeur des universités, Université Paris Descartes – RAPPORTEUR
Laurent PETIT, Professeur des universités, Université Paris Sorbonne – RAPPORTEUR
Wendy MACKAY, Directrice de recherche, INRIA Université Paris Saclay – EXAMINATRICE
Christine MICHEL, Professeure des universités, Université de Poitiers, EXAMINATRICE
Jean-Marc MERRIAUX, Directeur du numérique pour l’éducation, ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports – EXAMINATEUR

Remarque : nous en publions ici une version mise à jour par l’auteur en mars 2021.
Nous tenons à remercier l’auteur, Luis Galindo et son directeur de recherche, Jean-François Cerisier pour cette contribution.

Un carnet de recherche proposé par Hypothèses - Ce carnet dans le catalogue d'OpenEdition - Politique de confidentialité
Flux de syndication - Crédits - ISSN 2725-125X

Auteur

Luis Galindo travaille au Département de la Recherche et du Développement (R&D) de Réseau Canopé. Il est également chercheur associé au laboratoire TECHNÉ de l’université de Poitiers et il intervient dans le cours Learning Analytics du Master SmartEdTech de l’Université Côte d’Azur (laboratoire LINE).

Avant ses travaux de R&D (sur le Learning Design, l’intelligence artificielle – notamment dans le cadre du GTnum #Scol_IA, la Blockchain, les microcertifications, les jeux et les apprentissages) au Réseau Canopé, il a travaillé sur différents projets autour des technologies numériques et de l’éducation en Amérique du Sud, aux États-Unis, en Chine et en Europe. Son travail se situe au carrefour des nouvelles technologies numériques, de la conception d’expériences (UX et UXR) et de la science des données. Il se concentre sur la recherche scientifique et la conception d’environnements et d’artéfacts numériques d’apprentissage.

Résumé de la thèse

Il est souvent attendu que la conception en groupe soit plus créative et inventive. La performance d’un groupe de conception inventif peut se mesurer en fonction de trois facteurs : le nombre total de contributions (idées), la distribution homogène du taux de contribution au sein du groupe et l’exploration de nouvelles idées. Alors que les technologies numériques remettent en question les utilisations, la forme, la conception et les interactions proposées par les artefacts d’apprentissage numériques, on observe que beaucoup de ressources numériques destinées aux apprentissages scolaires s’apparentent à des facsimilés numériques de ressources imprimées.

Ainsi, le potentiel supposé des techniques numériques n’est pas actualisé et on constate un manque d’inventivité dans la conception des versions numériques d’artefacts d’apprentissage.

La présente thèse propose une méthode de conception favorisant les interactions collaboratives — en opposition aux interactions coopératives — qui influerait le niveau d’inventivité dans le processus de conception des artefacts d’apprentissage numériques.

L’organisation coopérative organise un partage des tâches de conception qui sont distribuées entre intervenants experts de leurs domaines alors que l’organisation collaborative mise sur la confrontation des points de vue, idées et apports de tous les participants à des ateliers de conception réunissant des groupes d’intervenants aux profils et compétences hétérogènes. 

Pour tester notre hypothèse, nous avons choisi le manuel scolaire numérique comme un artefact d’apprentissage numérique, car il est emblématique des ressources éducatives et prête aussi bien à une simple numérisation de manuels imprimés qu’à des transpositions qui bénéficient de fonctionnalités nouvelles permises par le recours au numérique.

Nous avons proposé une étude expérimentale en formant six groupes de conception inter-catégoriels composés de l’ensemble des acteurs du système éducatif et travaillant en ligne. Ainsi, nous avons tracé et quantifié toutes les interactions en ligne entre les participants de chaque groupe au cours des trois mois qu’a duré le processus de conception.

Nous avons constaté :

1) que les interactions collaboratives dans le processus de conception des artefacts d’apprentissage améliorent la qualité de la circulation des idées par rapport aux groupes de conception coopératifs qui ont divisé le travail ;

2) une corrélation positive entre le coefficient de collaboration de chaque groupe de conception et le niveau d’inventivité de l’artefact conçu ;

3) une corrélation au plan individuel entre le nombre de confrontations à une idée déterminée lors du processus de conception et la probabilité de l’adopter.

Nous avons observé que l’artefact conçu pourrait être une représentation de la circulation des idées de l’ensemble du groupe à l’échelle collective, les idées du groupe se traduisant dans l’artefact conçu. Nous postulons que cet artefact pourrait ensuite avoir le potentiel d’influencer les mêmes concepteurs du groupe.

Suite à cette recherche, nous avons testé la méthode de conception proposée à plusieurs reprises pour la faire évoluer. Les nouvelles versions de la méthode utilisent tant des séances de travail de conception collaborative que des séances de travail de conception coopérative en fonction de la nature de la tâche à réaliser dans chaque étape du processus de conception.

Enfin, compte tenu du fait que nous nous intéressons aux dynamiques collaboratives et coopératives dans la méthode de conception proposée par ce travail, il faut signaler l’importance de prendre en compte les risques de simplification assumés de cette thèse concernant les choix méthodologiques au moment d’interpréter les résultats.

Référence

Galindo, L. (2015). Comment les interactions collaboratives et coopératives influencent l’inventivité lors de la conception d’un artefact numérique d’apprentissage au sein d’un écosystème éducatif  : Le cas du projet REMASCO pour réinventer le manuel scolaire numérique, avec un nouveau système collaboratif d’interactions. [Poitiers]. 

http://www.theses.fr/s158757

Document à télécharger

Thèse de Luis Galindo, Interactions collaboratives et coopératives – Projet REMASCO (2020)

Télécharger l’article au format PDF

Article accessible sur le site :  https://edunumrech.hypotheses.org/2736

Un carnet de recherche proposé par Hypothèses - Ce carnet dans le catalogue d'OpenEdition - Politique de confidentialité
Flux de syndication - Crédits - ISSN 2725-125X

Conditions d’utilisation :

Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions

Dernière modification le mercredi, 17 mars 2021
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats avec les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.