fil-educavox-color1

Publié sur Educnum.fr : Génération numérique et la CNIL, partenaires du collectif EDUCNUM, ont mené une enquête auprès des 11-18 ans sur la protection de leurs données personnelles. La loi pour une République Numérique qui devrait être promulguée en octobre 2016 et le règlement européen sur la protection des données, applicable en mai 2018, renforcent les droits des mineurs.

Etude online menée par l’association Génération Numérique, auprès de 9 214 jeunes de 11 à 18 ans du 2 mai au 10 juin 2016.

Le paramétrage, le blocage publicitaire et la sécurité
  • Les jeunes paramètrent majoritairement leurs comptes, et ce paramétrage augmente avec l'âge des internautes (62,42% des 11-14 ans et 77,64% des 15-18 ans).
  • 1/3 des jeunes ont été aidés pour paramétrer leurs comptes ; cette aide leur a été apportée par :
  • leurs parents (64% des 11-14 ans contre 33% des 15-18 ans)
  • et par leurs frères ou sœurs (22% des 11-14 ans et 29% des 15-18 ans).
  • 34,70% des garçons de 11 à 18 ans (contre 19,52% des filles) utilisent un logiciel anti publicité,
  • 23,23% des garçons (contre 13,62% des filles) utilisent un logiciel anti espion
  • et 22,63% des garçons  (10,20% des filles) pensent qu'il faut utiliser TOR pour être anonyme sur Internet.

Un jeune sur deux connait le mode en navigation privée et efface son historique de navigation.

La publication de photos et de contenus 
  • Les filles publient plus de photos d'elles, de leurs ami(e)s ou de leurs familles que les garçons (76,22% des filles de 11 à 18 ans contre 54,08% des garçons).
  • Plus des trois quarts des filles de 15-18 ans (contre 63,83% des filles de 11 à 14 ans) utilisent leur vrai nom et elles sont moins nombreuses à mentir sur leur âge.
  • Plus d'un jeune sur deux (53,72%) reconnaît ne pas publier tout ce qu'il voudrait.
  • Plus d'un jeune sur quatre (26,54%) publie des contenus sans se poser de question.
La difficulté de supprimer les contenus postés 

1/3 des jeunes estiment qu'il est difficile de supprimer les contenus qu'ils ont postés eux-mêmes et près des deux-tiers (63,53%) pensent qu'il est difficile ou très difficile de faire supprimer des contenus qu'un autre internaute a publiés.

  • L’article 32 du projet de loi pour une République numérique prévoit un droit à l’oubli automatique pour les mineurs et une « procédure accélérée » impliquant que la seule condition de mineur suffit à obtenir l’effacement des données « dans les meilleurs délais » auprès des moteurs de recherche.
L'exploitation des données des mineurs par les réseaux sociaux 

Les jeunes savent très majoritairement que les réseaux sociaux peuvent utiliser les contenus publiés par les utilisateurs (66,70% des 11-18 ans) ou les géolocaliser (69,63%).
Un tiers (34,28%) estime que les réseaux sociaux peuvent revendre les contenus publiés.

  • L’article 18 du règlement européen prévoit une obligation, pour les plateformes et les réseaux sociaux, d’obtenir un consentement renforcé du mineur et de son représentant légal, pour l’inscription et la collecte des données de mineurs de moins de 16 ans (avec la possibilité pour les Etats de fixer cet âge à 13 ans).

Retrouvez les outils pédagogiques « vie privée » 

https://www.educnum.fr/fr/les-11-18-ans-et-la-protection-de-leurs-donnees-personnelles

Dernière modification le vendredi, 26 janvier 2018
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.