fil-educavox-color1

Publié par Philippe Donzé sur le site Adjectif.net en licence Creative Commons

Dans la vidéo « Un projet en maternelle : des sons et des instruments » (Primtice, n.c.), une enseignante de maternelle explique en quoi l’utilisation d’un ordinateur, d’un scanner, d’un appareil photo et d’un micro ; financés par les parents d’élèves, l’ont amenée progressivement à affiner ses démarches pédagogiques.

http://www.adjectif.net/spip/spip.php?breve668

À l’origine, elle souhaitait créer des ressources pour les élèves qui soient représentatives du vécu des élèves et qui soutiennent le développement du langage du jeune enfant.

Pour se former, elle a participé à des animations pédagogiques et fait intervenir des conseillers pédagogiques pour l’aider à résoudre des situations problèmes.

La vidéo reste néanmoins peu explicite sur l’étayage de ses compétences.

Ainsi, il est possible d’interroger comment la mise à disposition d’un ordinateur au sein d’une classe élémentaire et son utilisation effective par les enfants semblent être devenus une réalité non seulement par la démarche novatrice de la maîtresse, mais aussi par la présence nécessaire, dans l’environnement social, de ressources affectives, humaines, technologiques, informatives et formatives tels que la participation des parents d’élèves, l’utilisation d’appareils photo, la disponibilité de centres de formation et documentation, de personnels qualifiés et de conseillers.

L’analyse de cette situation, mis a disposition des enseignants comme un modèle de pratique, permet de comprendre que l’enseignante a donc bénéficié des compétences des partenaires et en même temps qu’elle a pu les faire profiter des siennes à partir des échanges pédagogiques de ces temps aménagés.

Jean-François Cerisier, dans l’article « On demande toujours des inventeurs et l’on cherche encore les innovateurs » (2014), écrit que «  l’innovation est une socialisation de l’invention » (§ 2), qui se distingue de la création. L’innovation serait donc la mise en usage d’une invention par un groupe, dans un contexte « ad hoc », qui lui donnerait un sens social. Elle modifierait en retour les conceptions, les pratiques sociales, les relations, voire les valeurs et les finalités éducatives (§ 3).

L’auteur pose ensuite dans un même continuum les processus de médiation technologique et médiation humaine, comme étant tous les deux créateurs de sens, dans un rapport entre l’utilisateur et son objet (ici le savoir et l’apprentissage), et l’utilisateur et son milieu (les interactions culturelles) (§ 11).

Les différents éléments de ce contexte global semblent ainsi correspondre à l’environnement qui permettrait de socialiser une invention pour en faire une innovation pédagogique et dénotent de la complexité sous-jacente de la situation.

Références

Cerisier Jean-François (2014), « On demande toujours des inventeurs et l’on cherche encore les innovateurs », in revue Distances et médiations des savoirs, 8 | 2014, [En ligne] http://dms.revues.org/891 consulté le 10 mars 2015.

Références associées

Site primtice, (n.c.), Un projet en maternelle : des sons et des instruments, Vidéo d’une durée de 00:05:19, [en ligne] http://www.primtice.education.fr/en/maternelle/video-ecole-maternelle.html?idvideo=2, consulté le 10 mars 2015.

Dernière modification le dimanche, 26 avril 2015
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats avec les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.