fil-educavox-color1

C’est toujours un plaisir renouvelé que de m’adresser aux enseignants et experts de langues vivantes (FLS, ALS, etc.). Ces professionnels de l’apprentissage sont cette fois réunis à Niagara Falls, dans le cadre duCongrès mondial des langues vivantes (#WCML2015), organisé par CASLT.
Initialement publié sur mon blog

Voici le texte, entrecoupé des diapos d’accompagnement, que j’ai partagé hier lors de la table ronde portant sur les enjeux du numérique en salle de classe.

diapo 2

 

Préambule :

Le monde n’est pas en voie de devenir numérique; il est numérique. L’école, dans les meilleurs cas, est en
voie de
 devenir numérique…

 

 

 

 

diapo 3

Contextes en transformation

L’émergence d’initiatives technopédagogiques en salles de classe est un signe de transformation. Au-delà d’une simple substitution d’outils traditionnels pour des outils numériques (le « S » dans SAMR), c’est une réflexion pédagogique et un passage à l’action qui doivent accompagner toute initiative. En actualisant les finalités de l’éducation, les rôles se transforment. C’est la métaphore du phare qui se déplace alors qu’on s’y approche en ramant…

 

De « nouvelles » compétences ?

L’accès au numérique via divers outils et réseaux ouverts, les applications performantes, de pair avec ces compétences transdisciplinaires, amènent à revoir les diverses formes de littératies, notamment numériques.

Le « savoir-publier » apparaît au profil de sortie du jeune comme objet d’apprentissage ET comme moyen d’apprentissage. Pour l’élève, savoir publier c’est savoir explorer, créer, collaborer, raconter, débattre, interagir, résoudre des problèmes avec toutes les possibilités qu’offrent le numérique et ses outils, dans un réseau ouvert.

diapo 7

Motivations des jeunes à apprendre, de façon informelle

Les jeunes aujourd’hui, en proportion de plus en plus grandissante, apprennent socialement et de façon informelle. Leurs motivations ? Le blogue de Mindshift en nomme 6 :

  1. Le faire soi-même
  2. Le faire maintenant
  3. Le faire avec des amis
  4. Le faire pour le plaisir
  5. Le faire pour les autres
  6. Le faire pour que le monde puisse le voir

Des questions à se poser

Dans un monde où les jeunes s’engagent et où la culture de l’écran-image interpelle nos sens (tel que Cartier et Husband l’illustrent ci-dessous), les pédagogues doivent se poser les questions suivantes :

diapo 9
diapo 121. Comment le savoir-publier favorise-t-il les compétences de communication et de créativité ?

2. Quels types de scénarios pédagogiques la favorisent ? Pour quels buts d’apprentissage ?

3. Quels rapports entre ce savoir-publier et les apprentissages « notionnels », traditionnels, dominant le curriculum ? L’ignorance rend malhabile… Cettecomplicité entre compétences et contenus, appuyée par la recherche, sont les fondations d’où surgissent les murs de la créativité pédagogique.

4. Comment évaluer les apprentissages clés dans une telle perspective?

5. Comment configurer les espaces d’apprentissages afin que les créations et productions d’élèves aient comme public le monde entier ?

 

diapo 13

Appel à l’action courageuse

Les répercussions sur comment « faire l’école autrement » sont réelles; elles requerront unevision claire, duroue Faire l'+®ducation autrementliste de la roue

leadership transformatif, des actions innovantes et du courage.

diapo 16

 

Beaucoup de courage !

C’est ce que j’appelle assumer le beau risque de l’éducation pour le monde aujourd’hui.

Les jeunes nous attendent de l’autre côté !

 

 

 

 

 

Dernière modification le lundi, 30 mars 2015
Cool Jacques

Je suis natif du Nouveau-Brunswick et j’ai travaillé dans le système d’éducation publique du N.-B. pendant 25 ans, d’abord comme enseignant en sciences et ensuite comme conseiller en évaluation, concepteur de programmes d’études et directeur adjoint. De 2001 à 2009, j’ai coordonné le développement et la livraison des cours en ligne pour les écoles secondaires francophones. De 2009 à mars 2011, j’ai travaillé à la Direction de la mesure et de l’évaluation au projet d’un nouveau système d’information des élèves ainsi que celui de l’évaluation en ligne des apprentissages des élèves. J’ai de plus coordonné le Colloque annuel de leadership des élèves du secondaire de 1998 à 2010. D’avril à novembre 2011, j’ai été gestionnaire du Groupe des technologies de l’apprentissage (GTA), relevant de la Direction générale des technologies de l’Université de Moncton. De décembre 2011 à mai 2012, c’est au Collège communautaire du N.-B. (CCNB) que j’ai travaillé à titre de technopédagogue, un domaine qui me passionne. De retour au système d’éducation publique m à 12, je veux maintenant travailler de près avec les écoles communautaires et ses partenaires afin de faire de l’école un lieu d’apprentissages durables en connexion avec son milieu et avec le reste de la planète. Je prône le travaille d’équipe et j’apprécie la richesse d’apprendre en réseau. Je blogue depuis 2004 au http://www.zecool.com, tout en restant en veille sur Twitter (@zecool). Acadien fier de l’être, je suis marié et fier papa de 3 enfants.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.