fil-educavox-color1

Par Claire Richard sur le Digital society Forum : Des assistants vocaux "intelligents", capables de nous comprendre et de répondre rapidement à nos désirs : telle est la promesse marketing des machines parlantes. Mais, explique la chercheuse Julia Velkovska, sociologue au laboratoire SENSE à Orange Labs, qui les a étudiés en situation, la réalité est bien différente.

L'écart qu'elle pointe entre la réalité des pratiques et le discours promotionnel en dit long sur les fantasmes qui accompagnent les "machines intelligentes", et ce qu'elles peuvent réellement accomplir.

À quand remonte le désir de « parler avec les machines » ?

La conversation humaine comme étalon de l’intelligence de la machine représente en effet un des grands mythes fondateurs de l’intelligence artificielle, en particulier dans le domaine des technologies de la parole dites de « dialogue naturel ». En effet depuis le test de Turing en 1950, c’est par la capacité des machines à converser, à être des partenaires conversationnels « acceptables » qu’est éprouvée et mesurée leur « l’intelligence ». Turing se pose la question de savoir si les machines peuvent penser (et c’est le titre de son célèbre article de 1950 « Can machines think ? »). Et pour y répondre, il imagine un jeu d’imitation organisé sous forme de dialogue entre une personne et une machine qui a pour objectif de tromper son partenaire humain sur son identité de genre.

Plus largement, la question de la conversation soulève celle de l’humanité de la machine. Doter les machines informatiques de capacités typiquement humaines constitue non seulement un rêve des chercheurs en IA, mais aussi une philosophie de conception qui ne cesse de se développer : on peut parler d’un mouvement d’anthropomorphisation progressif.

Lire la suite :

https://digital-society-forum.orange.com/fr/les-actus/1173-machines-parlantes-34intelligentes34-la-realite-est-bien-en-deca-des-discours-marketing

Dernière modification le mercredi, 26 décembre 2018
An@é

L’association, fondée en 1996, à l’initiative de la création d’Educavox en 2010, en assure de manière bénévole la veille et la ligne éditoriale, publie articles et reportages, crée des événements, valorise les innovations, alimente des débats entre les différents acteurs de l’éducation sur l’évolution des pratiques éducatives, sociales et culturelles à l’ère du numérique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.