fil-educavox-color1

En ce moment, et j'écris pas mal sur le sujet sur mon blog, on ne parle que des supposés "migrants" et certaines voix, dont la mienne, s'insurgent depuis peu devant ce terme inapproprié qui n'est pas dénué d'arrière-pensées idéologiques ou politiques. Des courants extrémistes ou nationalistes surfent sur ce terme stigmatisant de migrant pour signifier au fond que des hordes de populations viendraient envahir nos pays européens au risque de faire voler en éclats notre propre identité.

En ce sens, inconsciemment pour certains ou volontairement pour d'autres, les médias utilisent aussi ce terme dans leurs reportages ou articles divers.

Cependant, à bien y regarder de plus près, on se rend compte que tout cela donne au final une image terrible et déplorable dans l'opinion et cela relève même quelque part d'une sorte de propagande détestable et discriminatoire qui dessert l'esprit de FRATERNITE !

En effet, mais nous ne désirons pas prononcer ce mot au grand jour car il dérangerait plus les consciences et les Etats, mais toutes ces personnes, familles, enfants, qui débarquent sur les côtes européennes sont bien au sens strict du terme des REFUGIES et cela change tout dans la perception que l'on peut avoir de l'accueil.

Pour rappel, si nous relisons la Convention de Genève de 1951, on peut y voir que toute personne est éligible au statut de réfugié à partir du moment où celle-ci est persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité ou de ses opinions politiques. On peut sans doute y ajouter les contraintes économiques ou climatiques du fait de "l'évolution" du Monde et de la législation. Mais nous pouvons tout aussi bien émettre des réserves quant au terme de "race" décrite dans cette convention, puisque depuis ce temps, bien des cientifiques dont Yves Coppens, ont démontré clairement qu'il n'y avait bien sur Terre qu'une seule race originaire d'Afrique appelée Sapiens du genre Homo.

Alors oui, au regard de la Convention de Genève, la très grande majorité des personnes fuyant leur pays en 2018 et arrivant en Europe, sont bien des réfugiés, donc des gens en détresse morale ou matérielle.

Nous pouvons donc dire haut et fort que lorsque nous les laissons se noyer ou mourir de froid en montagne lors du passage des frontières, nous commettons collectivement ce crime de non-assitance à personne en danger. Et si nous poussons le raisonnement plus loin en toute lucidité, cela ne relève-t-il pas aussi du délit de crime contre l'humanité........... en toute conscience, je me et je nous pose la question, tout en la renvoyant aussi aux Etats qui ferment les yeux ou manquent de courage politique !!...

Nos politiciens, sur les réugiés, ont une position plutôt tiède et même frileuse, craignant que l'opinion publique ne les suive pas si ils ouvrent plus largement la porte pour les accueillir. On préfère par exemple donner des millions d'euros aux pays riverains de la Méditerranée pour qu'ils "bloquent" ces réfugiés chez eux, est-ce moral tout cela ?!... T

out ceci est une erreur monumentale qui fait le jeu des extrémistes ne cherchant qu'à entretenir au final la haine et la peur de celui qui est différent et vient d'ailleurs, car c'est leur fonds de commerce pour exister aux yeux de l'opinion si je puis dire.......... c'est affligeant !

Pourtant, mais on ne le dira jamais suffisamment, des citoyens, individuellement ou par l'intermédiaire d'associations, accueillent des réfugiés ici ou là sur tout le territoire français et ceci sans se poser des questions.

Ces gens, venus de très loin, racontent alors leurs terribles histoires de vies, avec leur parcours semé d'embûches, où le danger est permanent pour arriver jusqu'à nous, avec leur solitude du fait qu'ils ont quitté pour la plupart leur famille, mais aussi les massacres, l'oppression politique ou religieuse, la pauvreté, etc... C'est bien cette réalité là, si crue et si dure soit-elle qu'il faut mettre en avant, notamment en parlant de ce sujet aux jeunes générations, dans les établissements scolaires. Par le témoignage, nous pouvons ainsi leur faire découvrir les souffrances de centaines de milliers d'êtres humains et ainsi aller au-delà des chiffres impersonnels qu'on nous balance dans les médias pour nous faire peur.

Dès lors, demain, nos enfants intègreront peut-être plus facilement le terme de REFUGIES qui convient mieux pour désigner ceux qui fuient l'inhumanité de leurs conditions de vie tout en espérant un accueil digne de ce nom et surtout fraternel, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui !

Guy GILLET

Blog personnel : http://echangessolidaritefraternite.centerblog.net/

Dernière modification le mercredi, 27 juin 2018
Gillet Guy

Initiateur de l'asso festive et humanitaire "Je bouge pour les autres"  Site : http://pourlesautres.fr - Ancien Responsable-bénévole (au Téléthon - au Secours Catholique - à Saint Vincent de Paul) - Editorialiste libre à vocation éducative, pour défendre des valeurs fondamentales, afin de susciter le débat et l'engagement de tous - E-mail : g.gillet@libertysurf.fr
 
Mes Editos sont LIBREMENT utilisables par tous pour lancer le débat, la réflexion en direction de la jeune génération et ceci à partir de mon blog que vous pouvez faire connaître autour de vous, MERCI : http://echangessolidaritefraternite.centerblog.net/

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.