fil-educavox-color1

Les récents sujets et projets de transformation du ministre de l’éducation nationale touchent à des fondements, notamment, orientation scolaire, gouvernance, intégration de la recherche et projets avec les acteurs de la communauté éducative.

Voici un tour d’horizon des derniers articles publiés sur Educavox sur ces questions.

Conclusions des projets innovants e-FRAN lors d’un premier colloque le 11 janvier

Michel Perez, président de l’An@é : Extraits :" 22 projets lauréats ont été déployés sur tout le territoire pour expérimenter et évaluer de nouvelles manières d’enseigner et d’apprendre avec le numérique dans un cadre scientifique rigoureux.  e-FRAN a pour ambition de créer une communauté scientifique de niveau international en matière de " numérique éducatif " au service d’une nouvelle dynamique de transferts des résultats de la recherche pour l’Ecole à l’heure du numérique.

La collaboration de la recherche avec d’autres acteurs (entreprises, startup, milieu associatif, municipalités) est très puissante, car l’Éducation est considérée comme un enjeu fort, notamment en raison des fortes transformations numériques vécues dans ce domaine. Ce colloque est sans doute le premier pas de la création d'une communauté scientifique."

https://www.educavox.fr/alaune/premier-colloque-sur-les-projets-innovants-e-fran-quelles-conclusions

Projets de réforme du baccalauréat et des lycées

Bruno Magliulo, contributeur sur Educavox

Extraits :" Jusqu'à présent, en ce qui concerne cette double réforme, on en est resté à "l'écume des choses", n'abordant publiquement ces sujets très sensibles que de façon générale, en grande partie consensuelle. Mais on entre maintenant dans la phase beaucoup plus délicate où il va falloir entrer dans des détails qui vont inévitablement provoquer débats et résistances (c'est déjà en partie le cas) : quelles seront les disciplines reconnues comme étant "éligibles" à la dignité de "majeures", et celles qui seront plus modestement "mineures" ?  Combien d'heures par semaine à chacune d'entre elles ? Quel sort sera fait aux enseignements technologiques dans ce nouveau lycée ? Quelle forme prendra le contrôle continu pour l'évaluation des enseignements "mineurs" ? Que deviendront les actuels enseignements optionnels facultatifs : les maintient-on ? Tous ou pour partie seulement, et dans ce cas, lesquels conservera-t-on ? Comment établir les emplois du temps des professeurs sans avoir à l'avance une visibilité sur les choix qui seront faits par les élèves pour plusieurs enseignements ? Va-t-on continuer de définir le temps de travail devant élèves des personnels enseignant et d'éducation en "tant d'heures par semaine" ou doit-on l'annualiser, et dans ce cas, va-t-on y intégrer le temps de travail "hors les murs de la classe" ou pas ? Et si oui, comment ?

Ces questions, et nombre d'autres, vont très prochainement devoir être abordées, et cela risque de se passer moins sereinement que jusqu'ici.

Car ce qui est actuellement en préparation va beaucoup plus loin que de simples ajustements techniques. Derrière la réforme du lycée et du baccalauréat se profilent des modifications profondes telles la fin du lycée structuré en filières verticales conçues comme autant de "menus" de connaissances et compétences à acquérir, au profit d'un lycée largement modulaire, que chaque élève parcourra en fonction des choix "à la carte" qu'il aura décidé d'exprimer tout au long de sa scolarité secondaire. Bien plus, ces réformes touchent le "cœur nucléaire" du lycée en l'obligeant à redéfinir ses missions.

https://www.educavox.fr/accueil/debats/projets-de-reformes-du-lycee-et-du-baccalaureat-ou-en-est-on

La nouvelle plateforme "Parcours sup »

Bruno Magliulo : Extraits : "  Il est clair selon nous que ce nouveau système acte la fin progressive d'un tabou : celui de l'interdit de la sélection à l'entrée des universités.

Le droit de poursuite des études dans la formation universitaire de son choix accordé à tout bachelier est en France hérité du Code Napoléon de 1808. Il a commencé à être entamé dans les années 1990/2000, lorsqu'un petit nombre d'universités ont obtenu le droit de sélectionner à l'entrée de certaines formations de premier cycle telles celles des universités de Paris-Dauphine, des universités de technologie de Compiègne/Belfort/Troyes, plus récemment rejointes par certaines bi licences, les "collèges de droit et d'économie de l'université Paris-Assas, les classes préparatoires universitaires et diverses formations dites "d'excellence.

La nouvelle plateforme "Parcours sup " ne saurait donc pas à elle seule être accusée d'avoir créé une situation qui a commencé il y a de plus de 20 ans. Cependant, les "attendus" qui y figurent viennent fortement renforcer cette tendance, et créer ce qui pourrait être une situation d'irréversibilité, ouvrant la porte à une quasi généralisation de ce mode de fonctionnement dans un futur plus ou moins proche."

https://www.educavox.fr/accueil/debats/les-attendus-dans-la-nouvelle-plateforme-parcours-sup-de-quoi-s-agit-il-a-quoi-cela-servira-t-il

Une nouvelle régulation publique pour l'apprentissage.

Le président de l’Association des Régions de France a passé en revue les points d'accord avec le gouvernement:

Extraits :

  • la simplification des conditions d’embauche et de travail des apprentis mineurs;
  • l'orientation des jeunes vers l'apprentissage. Le Premier ministre et le ministre de l’Education nationale ont  donné leur accord pour que l’orientation puisse être confiée aux Régions, avec le choix laissé au personnel concerné de rejoindre ou non les services de la Région;
  • une plus grande intégration des milieux économiques dans la construction des référentiels de formation;
  • un dispositif de financement particulier pour l'apprentissage dans l’enseignement supérieur au delà de la licence professionnelle;
  • un nouveau modèle de financement basé sur une contribution nationale de 0,80% de la masse salariale. Cette contribution qui remplacerait la taxe d’apprentissage serait ensuite redistribuée en fonction du nombre de contrats par branche, et adaptée en fonction de la spécificité des territoires. L'Etat, les Régions et les branches établiront  un référentiel national de coûts pour chaque formation.

Ce référentiel de coûts pourra être modulé par chaque Région pour tenir compte des enjeux d’aménagement du territoire et des populations pour lesquelles le coût de formation est plus élevé, tout particulièrement dans les zones rurales et dans les quartiers sensibles."

Communiqué de presse. Extraits : https://educavox.fr/toutes-les-breves/apprentissage-les-regions-renouent-le-fil-du-dialogue-avec-le-gouvernement

Installation du conseil scientifique de l’éducation le 10 janvier

Le conseil, doté d'un pouvoir consultatif et composé d'une vingtaine de personnalités reconnues travaillant dans différentes disciplines scientifiques, pourra être saisi sur tous les sujets afin d'apporter des éclairages pertinents en matière d'éducation. Un des objectifs est de donner des bases scientifiques solides aux débats éducatifs et, progressivement, de diffuser dans l’ensemble du système éducatif une véritable culture de la recherche.

A noter que le thème du numérique n’est pas désigné dans la recherche et fait l’objet d’un paragraphe intitulé : Développer le numérique

"Les outils et ressources numériques sont aujourd’hui un puissant vecteur d’innovation. Ils  renouvellent les supports pédagogiques, enrichissent les manières de travailler et  apportent  également de nouveaux services pédagogiques permettant de répondre aux  besoins de différenciation et d’individualisation des parcours et des activités ».

https://www.educavox.fr/toutes-les-breves/installation-du-conseil-scientifique-de-l-education-nationale-mercredi-10-janvier-2018

Les nouveaux outils et les ressources induisent, accompagnent de nouvelles manières d’enseigner et d’apprendre.

Les usages sociétaux notamment utilisés par les élèves et étudiants impliquent certainement une connaissance des technologies. Cependant, la pédagogie au-delà d’un " enrichissement ", a besoin de  se transformer. Les enjeux sociétaux sont forts, et nous pouvons légitimement nous questionner sur  l’accroissement des priorités éducatives et notre manière d'y répondre à l’ère numérique.

La relation aux réseaux et les compétences à développer à l'école, les questions éthiques sont des incontournables de notre société connectée.

Michel Guillou : Extraits : "Internet a donné, ces dernières années, un nouveau souffle à la liberté d’expression, en donnant à chaque citoyen, où qu’il soit, à condition de bénéficier d’un accès au réseau, la possibilité de dire son opinion, sur la plateforme de son choix, pour un coût souvent nul ou ridicule. Une certaine manière de devenir média soi-même donc. Il s’agit, il est nécessaire de le rappeler, d’une opportunité extraordinaire dont profitent celles et ceux qui s’engagent — ne pas confondre avec des usagers —, à commencer par les jeunes de manière parfois immodérée. Si techniquement aisé qu’il soit, l’exercice n’est pourtant pas si simple. S’exprimer oralement ou par écrit, sur un blogue ou en vidéo, en rédigeant un document original ou en commentant celui des autres présuppose d’avoir acquis un certain nombre de compétences fort complexes. S’exprimer, publier en ligne s’apprend donc. De plus, il ne suffit pas d’avoir des idées ni même de savoir argumenter pour les exposer, le plus difficile est d’en porter et d’en assumer la confrontation à l’avis ou l’opinion d’un auditoire possiblement universel ".

https://educavox.fr/accueil/debats/2018-l-annee-de-l-ethique-et-de-la-liberte-d-expression

Les questions des données, de la robotique et de l'Intelligence artificielle traverse les problématiques actuelles.

L'An@é a collecté et sructuré, dans trois publications, quelques éléments sur ces questions:

1. Intelligence Artificielle : Quelles potentialités pour l'Education ?

https://educavox.fr/edito/donnees-intelligence-artificielle-et-robotique

2. Robotique éducative de quoi parle t-on ?

https://educavox.fr/edito/robotique-educative-de-quoi-parle-t-on

3. Produire, comprendre et utiliser les données

https://www.educavox.fr/edito/produire-comprendre-et-utiliser-des-donnees

Si comme nous l’avons constaté par les projets e-FRAN, la collaboration de la recherche avec d’autres acteurs, entreprise, startup, milieu associatif, collectivité devient très puissante, les temps, les espaces éducatifs, les projets,  les relations au coeur des réseaux et au sein des communautés éducatives sont certainement à considérer comme essentiels.

Une équipe de l’An@é observera et témoignera des actions notamment en Nouvelle Aquitaine ou le Cluster Ed Tech et les partenaires éducatifs ont entamé une démarche de concertation et de projets créatifs.

A suivre donc !

Michelle Laurissergues

Responsable éditoriale

Dernière modification le jeudi, 01 février 2018
Laurissergues Michelle

Tout d’abord enseignante en école maternelle, directrice d’école, maitre formateur, directrice du centre Départemental de documentation pédagogique en Lot-et-Garonne (actuellement CANOPE),  responsable associative au niveau des écoles maternelles de 1973 à 1994, présidente nationale de l’An@é de 1996 à 2017 qui a créé le site Educavox dont je suis responsable éditoriale.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.