fil-educavox-color1

En bouleversement constant dans leur structure depuis des années, envahies par le doute, les familles résistent. D'autant que la peur, l'asphyxie, l'isolement imposés par la COVID 19 ont contribué davantage à saper leur fondation. Des enfants aux grands-parents, en passant par les mères qui donnent la vie, parfois même jusqu'aux couples et aux parents, chaque génération se voit porteuse de traumatismes qu'il va nous falloir apprendre à dépasser.

"On ne choisit pas sa famille"; un adage très répandu porte au banc des accusés nos parents, nos aïeux et plus largement notre arbre généalogique.

Il est devenu courant que le clan, estampillé dysfonctionnel, se révèle le lieu  de cristallisation de bien de drames et d'épouvantables non-dits: ces secrets plus ou moins lourds à porter pour les descendants. 

Notre vie ne commence pas à notre naissance ni à notre conception, nous sommes le fruit du croisement de notre lignée maternelle et paternelle. Nous formons ainsi un des maillons de la chaîne infinie de la transmission de la vie. Nous répétons ou dupliquons des caractéristiques individuelles, familiales et collectives de nos ascendants, inconsciemment bien sûr!!

La bonne nouvelle est que nous pouvons échapper à cet héritage.

Il est essentiel de comprendre que, pour s'en libérer, un travail intérieur est nécessaire pour passer de la famille subie à la famille choisie, du rôle de victime à celui de responsable. Véritable opportunité de transformation pour une renaissance, riche de promesses!! Changer de regard pour être dans l'acceptation, l'inattendu  et l'ouverture au changement.

Écouter le podcast

Dernière modification le mardi, 12 janvier 2021
Figeac Patrick

Proviseur honoraire, bénévole à Radio 4 en Lot-et-Garonne, président d’une association intermédiaire par l’activité économique, auteur. Pour retrouver les chroniques sur http://www.radio4.fr/radio rubrique "Magazine", puis "Paroles".