fil-educavox-color1

De toutes les images qui nous viennent chaque jour de la guerre en Ukraine, celles des enfants sont bien évidemment  celles qui nous hantent, celles qui nous sont proches, celles qui nous rendent tristes même quand nous croyons ne pas y penser. Parce que nous assistons à la perte brutale de l'enfance. Nous voyons ce qui est arraché aux petit(e)s, ce qui leur est soustrait et la violence, la terreur et la mort qui surgissent dans leur vie. Mais, pour garder espoir en ces gamins, en leur avenir, je pense aux deniers vers du poème de Peter HANDKE

"Lorsque l'enfant était enfant,

Il a lancé un bâton contre un arbre,

Comme un javelot,

Et il vibre toujours."

Je me dis alors que ce qui est perdu peut se retrouver, ce qui était brisé peut se réparer, ce qui était oublié devenir mémoire vive et que, comme dans certains films, les humains qui dansent, chantent, rient sous des chapiteaux, des caves, tombent amoureux, s'émerveillent et s'innocentent sont les plus beaux, les plus lumineux, et sont au fond les véritables vainqueurs.

Ecouter le podcast

Dernière modification le lundi, 11 avril 2022
Figeac Patrick

Proviseur honoraire, bénévole à https://radiobastides.fr/ en Lot-et-Garonne, président d’une association intermédiaire par l’activité économique, auteur. Pour retrouver les chroniques et autres actualités : https://radiobastides.fr/