fil-educavox-color1

Sans aucune concertation ni aucun bilan des programmes précédents, l'école maternelle est remise en cause. La promesse démocratique de la capacité de tous à apprendre est abandonnée au profit de l'épanouissement de "l'enfant" dans une conception naturalisante du développement.

Une école pour chacun et non pour tous. Or, la curiosité, l'intérêt, le goût pour les apprentissages scolaires résultent d'une construction socioculturelle.

L'échec scolaire n'est pas une fatalité, à condition toutefois que tous les enfants soient dotés des outils requis pour les apprentissages culturels et non soumis à de pauvres artifices techniques et utilitaires pour réussir les évaluations de début CP; Ces prétendus "jeux" de la note ne sont que bachotage, formatage réduits à des mécanismes sans épaisseur culturelle, conçus simplement pour des contrôles. Comment dans ces conditions développer le goût d'apprendre?

Il est plus que temps de prendre en compte la richesse de la recherche universitaire, pédagogique, de redonner sens au métier d'enseignant

Il ne relève en rien d'exécutions de tâches, dans une école où les enfants et plus particulièrement  ceux issus de classes populaires vont se familiariser avec une manière spécifique d'apprendre. Il n'est pas possible que l'école maternelle perde sa fonction : permettre à tous les enfants d'apprendre ensemble, dans le plaisir de la rencontre, dans la bienveillance, la confiance,  de s'épanouir grâce à la médiation d'outils culturels absents de la note comme la musique, les arts plastiques, l'éducation physique et sportive. C'est un humain qu'on éduque!! 

Écoutez le podcast

Dernière modification le mardi, 30 mars 2021
Figeac Patrick

Proviseur honoraire, bénévole à Radio 4 en Lot-et-Garonne, président d’une association intermédiaire par l’activité économique, auteur. Pour retrouver les chroniques sur http://www.radio4.fr/radio rubrique "Magazine", puis "Paroles".