fil-educavox-color1

Parcoursup dérape, c'est un système compliqué mis en place à la hâte pour pallier les déficiences nombreuses d'APB (Affectation Post-Bac) le logiciel précédent.

N'oublions pas qu'il y a un an, APB était voué aux gémonies, accusé de laisser des milliers d'étudiants en devenir sur le carreau, totalement désemparés.  Le miracle attendu n'a pourtant pas eu lieu.

Ce qui est dramatique en revanche, c'est que tout semble mis en oeuvre pour dissuader les élèves d'entrer à l'université.

C'est en effet devenu un tel parcours du combattant, un tel stress que beaucoup renoncent avant même d'avoir essayé. D'autant plus que Parcoursup ne permet pas aux étudiants d'établir leurs priorités. Nombreux sont celles et ceux qui obtiennent une formation par défaut, susceptible d'être abandonnée à la première occasion. En revanche, celles et ceux plus chanceux, dont les parents ont les moyens se rabattent sur des filières privées, plus ou moins fiables. Les autres galèrent, perdent confiance en eux-mêmes, et pire encore, en l'avenir.

Que l'accès au savoir soit ainsi bridé par des contraintes techniques fait, reconnaissons-le, mal au coeur. Il y a là un réel défi à relever pour l'Education nationale et l'Enseignement supérieur. Car, le risque est grand que l'université ne fasse plus rêver, que les études ne soient plus un horizon. 

Ecouter le podcast

 

Dernière modification le jeudi, 27 septembre 2018
Figeac Patrick

Proviseur honoraire, bénévole à Radio 4 en Lot-et-Garonne, président d’une association intermédiaire par l’activité économique, auteur. Pour retrouver les chroniques sur http://www.radio4.fr/radio rubrique "Magazine", puis "Paroles".

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.